Rechercher
  • Cédric MOULLET

L'amiante autrement #7 : Havelock Mine

Avis aux philatélistes, le 7e objet de notre série « L’amiante autrement » est un timbre (ou plutôt 4) du Swaziland, ancienne dénomination de l’Eswatini, petite monarchie enclavée au Sud de l’Afrique, située entre l’Afrique du Sud et le Mozambique, et ancienne colonie britannique.



Alors pourquoi un timbre d’Afrique ? Tout simplement parce qu’il représente, outre le visage de la Reine Elizabeth II, la mine d’amiante du petit village de Bulembu.


Exploitée de 1939 à 2001, la mine de Bulembu, originellement appelée Havelock Mine, produisait de la chrysotile pour le compte du groupe britannique Turner & Newall Asbestos Group jusqu’à sa faillite en 1991.


Mais après la désertification du village suite à la fermeture des mines, c’est le SIDA qui a ravagé le reste de la population ; l’Eswatini est aujourd’hui infecté à 40% par le virus, engendrant une génération entière d’orphelins.



Ces timbres sont d’une valeur de ½ penny dont le symbole, à l’époque, était un « d » (du latin « denarius »), remplacé aujourd’hui, plus logiquement, par un « p ». Je doute qu’en les collant aujourd’hui sur une enveloppe mon courrier parvienne à destination mais ils restent un témoignage original de cette époque d’exploitation massive de l’amiante.


L’amiante est présent en masse, encore de nos jours, dans des milliers de bâtiments.

Il nous faut le répertorier et gérer le risque d’exposition des salariés et des populations avec intelligence, de façon à réduire, voire éliminer, les maladies professionnelles liées à ce matériau dangereux.

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout