Rechercher
  • Cédric MOULLET

L'amiante autrement #9 : H.W. Johns Asbestos Liquid Paints

Pour illustrer l'utilisation séculaire de l’amiante, je vous partage aujourd’hui le document le plus ancien de ma collection : une publicité de 1880 pour les peintures amiantées de H.W. Johns.


Fondée en 1858 à New York, la H.W. Johns Manufacturing Company est une des deux société dont la fusion donnera naissance à la H.W. Johns Manville Company, un géant des toitures amiantées aux Etats Unis.

En 1945, la société est mandatée par le gouvernement américain pour isoler les bâtiments de la flotte de la Navy.

Pendant des décennies, la H.W. Johns Manville Company a dissimulé les dangers de l’amiante, pourtant alertée en 1933 par le Dr Anthony Lanza, employé de la Metropolitan Life Insurance Company (la célèbre Met Life) qui avait constaté qu’après 10 ans d’exposition les salariés présentaient des asbestoses sur leurs radios pulmonaires et qu’après 15 ans, 87% souffraient de maladies pulmonaires.

La Met Life a cependant participé activement au mensonge en dissuadant le gouvernement américain d’inspecter une usine de la Manville.


En 1944, de nombreux ouvriers de la société Asbestos and Magnesia Materials Company, un sous-traitant du Consolidated Steel Shipyard d’Orange au Texas qui ont utilisé largement les matériaux d’isolation de Johns Manville ont déclaré des maladies liées à l’amiante.


Dans un mémo de 1949, le Dr Kenneth Smith recommande au président de la société de ne pas informer les salariés des origines de leurs maladies, ce qui deviendra une politique officielle de l’entreprise.

Dans les années 70/80, les dangers de l’amiante étant largement reconnus, de nombreuses actions en justice sont menées à l’encontre de Johns Manville, qui fait faillite en 1982. La société aura fabriqué jusque-là des milliers de tonnes d’amiante, notamment par le biais des mines qu’elle possédait et qui lui permettaient d’exporter dans le monde entier.


En 1988, la société refait surface et fonde le Manville Personal Injury Settlement Trust (2.5 milliards de dollars) qui indemnise les personnes atteintes de maladies liées à l’amiante. En 2001, Berkshire Hathaway Inc rachète Johns Manville et aujourd’hui, la société fabrique des matériaux d’isolation et de construction, sans amiante.


Le fondateur, Henry Ward Johns, est décédé d’une maladie pulmonaire, soupçonnée être liée à une exposition à l’amiante.

Aujourd’hui, les dangers d’une exposition prolongée à l’amiante sont connus. Mais si le combat continue pour des milliers de salariés dans le monde, Johns Manville refuse toute responsabilité, notamment en ce qui concerne le chantier naval d’Orange, pour les expositions anciennes, sous couvert d’une méconnaissance des effets de l’amiante sur la santé.


De nos jours, cette méconnaissance n’est plus acceptée et les maladies liées à l’amiante sont toujours là. Alors, en cas de présence d’amiante, faites appel à des professionnels pour éviter tout risque d’exposition.


Ces informations ont été obtenues sur le site asbestos.com, notamment au sein de l’article sur Johns Manville publié par le journaliste Matt Mauney, membre du Mesothelioma Center.

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout